On entre dans un livre comme dans un wagon, avec des coups d’œil en arrière, des hésitations, l’ennui de changer de lieu et d’idée. 

Quel sera le voyage ? Que sera le livre ?

Jules RENARD – 1890

La littérature est, en grande partie, née du voyage.  

La littérature n’est que voyage : Ulysse, sans doute l’un des plus anciens aventuriers connus de la littérature, a donné ses lettres de noblesse à ce  thème du voyage synonyme de découvertes, d’aventures, d’ouverture sur le monde extérieur.

Le voyage peut revêtir une ou tout à la fois, plusieurs formes :

Le voyage émotionnel, celui qui donne envie de se ressourcer en pleine nature, celui qui permet d’apprivoiser sa solitude, qui provoque l’exaltation des sens, des saveurs et du goût ; 

Le voyage dans le temps qui permet de revivre le passé, de se plonger dans l’histoire pour la comprendre, d’aller à la rencontre d’hommes et de femmes d’un autre temps, ou de se projeter vers le futur ;

Le voyage intérieur spirituel et initiatique ;

Le voyage amour/passion à la rencontre de l’autre. 

Qu’il soit de l’ordre de l’émotion, du fantastique, historique ou même métaphysique il nous entraine loin du quotidien dans des terres réelles ou imaginaires, étranges. Les pays lointains s’avèrent être une source inspiratrice inépuisable de récits, de contes, de carnets de voyage, de poésies ou de romans. A partir des humanistes du XVIe siècle et par la suite grâce à la conquête de terres nouvelles, les écrivains nous ont transportés dans des lieux qu’ils avaient visités ou imaginés rapportant avec eux le parfum de leurs aventures. 

Quand les livres deviennent le plus beau des voyages ! 

Nos écrivains contemporains, quant à eux, continuent avec nous la promenade de l’aventure humaine !

Partagez sur vos réseaux sociaux !